Tribal

Pastel sec sur papier 50×70 cm

Mars 2010

Disponible

 

Tribal, Diane Rousseau, pastel sec

 

“Tribal” symbolise la puissance du chakra racine (de couleur rouge). Quand ce chakra tourne bien il nous permet d’être en harmonie avec notre planète, bien ancrés dans les énergies de notre mère la terre afin d’accroître notre force et de garder le contact avec le monde qui nous entoure. Le modèle que j’ai choisi (et que j’embrasse au passage 😉 ) est puissant, sauvage, presque animal. Le feu symbolise l’instinct. Sur le bras de l’homme, sous forme de tatouage, apparait Muladhara, le lotus à quatre pétales, nom et symbole sanskrit du chakra racine.

Comme pour “Eveil” j’ai associé ce tableau à une citation du Bouddha : “Soyez à vous-mêmes votre propre flambeau”“vous-mêmes” doit être compris comme le soi supérieur en nous, pas notre égo ! – .

 

 

Eveil

Pastel sec sur papier 50×70 cm

Février 2010

Eveil, Diane Rousseau, pastel sec

 

Au premier abord on pourrait penser que cet homme se réveille dans son lit de manière très banale. En réalité il s’agit ici d’éveil spirituel. Le modèle (mon compagnon) masque ses yeux qui, si beaux soient-ils n’ont aucune utilité dans le plan vers lequel je vous entraîne. Par contre il ouvre grand sa conscience supérieure, représentée par un oeil divin que le sujet tient au creux de sa main.

J’ai traité ce pastel de manière très réaliste avec des tons de violet et de pourpre, le violet étant la couleur du chakra coronal et de l’éveil spirituel. Je l’ai également associé à une citation du Bouddha : “La vérité est en vous. Pour la percevoir, il faut ouvrir l’œil intérieur”.

 

Renaissance

Pastel sec sur papier 50×70 cm

Février 2010

Disponible

Renaissance, Diane Rousseau, pastel sec

 

Peut-être risquerez vous la question : “Renaissance en quoi ? Ange promu ? Ange déchu ? “ La dualité étant en chacun de nous, je dirais simplement que le libre-arbitre du sujet reste seul détenteur de la réponse…

 

 

Quintessence

Pastel sec sur carton 60×80 cm

Février 2010

Quintessence, Diane Rousseau, pastel sec
Peindre des nus est intéressant d’un point de vue technique, mais d’un point de vue philosophique, pour moi, un corps n’est ni plus ni moins qu’une illusion ! Une divine illusion, certes, mais tout de même une illusion de la matérialité ! Car le corps ne représente rien et ne vit que par le souffle qui l’anime ! Aussi, ma démarche ici est donc de témoigner d’une autre facette du corps et d’exprimer que, bien que voué à l’anéantissement, il n’en demeure pas moins l’écrin du plus beau diamant : le divin en nous !

“Quintessence” semble, au premier abord, représenter un ange. Détrompez-vous ! Il ne s’agit que d’un homme. Le corps est réalisé au pastel sec de manière contrastée et témoigne de la force brute de la matière terrestre. Les ailes sont faites de papier marouflé. Transparentes, elles se mêlent à l’arrière-plan. Sont-elles là ? Réelles ou pas ? Elles sont, en fait, un pont entre les deux mondes. Le personnage est un homme, mais il peut être vous, moi ou n’importe qui.

À travers ce tableau j’ai cherché à exprimer la quintessence de l’être et à exhaler le moi supérieur de chacun.

 

 

Lui

Pastel sec sur carton 60×80 cm

Janvier 2010

 
 
Quand l’homme de votre vie pose pour vous avec une infinie tendresse ce n’est plus du pigment que vous avez dans la main, c’est tout votre cœur… 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Lui, Diane Rousseau, pastel sec

 

Prélude à l’Annonciation

 

Pastel sec sur papier 50×70 cm

Janvier 2010

Collection privée

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Gabriel, prelude a l'Annonciation_blog_grand

 

Sur ce dessin, j’ai choisi de mettre en scène l’Archange Gabriel dans le jardin d’Eden. Il s’apprête à cueillir un lys blanc afin de l’offrir à la Vierge Marie auprès de laquelle il doit se rendre pour lui annoncer qu’elle porte en son sein le Fils de Dieu. Ma version de Gabriel est celle d’un être où les énergies masculines et féminines sont aussi intenses l’une que l’autre. Quant au lys, il était souvent présent dans les représentations de l’Annonciation au Moyen-Âge et symbolisait la pureté de la Vierge.

Symboliquement, je suis restée dans l’archétype populaire. Je suis, en effet, sensible à la présence d’ailes, aux cheveux longs et à la beauté physique chez un sujet angélique. Par contre j’ai préféré me passer de l’auréole (qui est plutôt pour moi l’apanage des saints) pour montrer l’aura blanche et pure de l’Archange.