Si toi aussi tu en as marre du marketing à la machette pour te faire connaître !

Tu évolues dans le monde de l’art, tu as un site internet, des comptes Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, LinkedIn et j’en passe… Tu inondes la toile de tes toiles (enfin, de tes créations, quoi ! ), publiant les visuels de tes oeuvres sur des tas de galeries en ligne, rageant de ne pouvoir atteindre davantage le fil d’actualité de tes followers facebook car l’algorithme (ce mécréant ! ) a volé ta part de visibilité. Paniqué et au bord du suicide au couteau à peindre, tu décides que ça suffit : maintenant tu vas devenir un pro du marketing viral !

le marketing et l'artiste, blog Diane Rousseau

 

Le marketing que l’on te vend

 

Bien décidé à tout savoir, tu te renseignes et avales les vidéos Youtube de webmarketteurs (ou teuses) qui t’apprennent GRATUITEMENT (je le mets en gras : tant la notion a son importance) comment générer du contenu efficace, comment tripler les abonnés à ton site, comment traquer ensuite ces abonnés sur Facebook et t’en faire des prospects, comment transformer ces prospects en clients puis en ambassadeurs de ta marque… comment ETRE ta marque, RESPIRER ta marque, PENSER ta marque…

Dans le meilleur des cas tu prends en notes les conseils que tu vois et entends, intériorisant, adaptant, portant sur eux ton propre regard souvent interrogateur, parfois suspicieux.

Dans le pire des cas tu vends un rein ou hypothèque un bras pour te payer THE formation qui, c’est sûr, va te faire décoller telle la fusée Ariane 5 sur sa base de lancement guyanaise. Et ton art (digne satellite géostationnaire) sera mis en orbite pour les siècles des siècles. Amen !

 le marketing et l'artiste, blog Diane Rousseau

 

Le marketing que tu reçois

 

Loin de moi l’idée de condamner tous les webmarketeurs car il en existe de très honnêtes qui donnent de bons conseils. Seulement… tout bon conseil est-il pertinent pour tous et surtout pour toi, artiste ? Là est la question !

Voici quelques principes connus dans le marketing que tu décideras peut-être de mettre en place :

  • publier du contenu tous les jours, voire trois fois par jour, sur ta page Facebook, et une fois par semaine minimum sur tes blog et vidéo-blog,
  • créer une newsletter pour ton site et utiliser des moyens pour qu’un maximum de personnes s’y inscrivent (cadeaux, gratuits, PDF…),
  • mettre en place une saloperie de pop-up qui emmerdera interpellera tes abonnés dès qu’ils viendront sur ton site,
  • analyser les faits et gestes de tes abonnés grâce à des traqueurs (Google Analytics, web trackers…),
  • transformer ton site en panneau publicitaire via l’affiliation (placement de produits moyennant rémunération),
  • gérer tous tes médias sociaux à partir d’une unique interface,
  • utiliser des logiciels d’E-réputation pour surveiller ton marché, ta marque, tes concurrents…,
  • publier des commentaires non pertinents chez tes confrères artistes (sur leur blog ou page Facebook) dans le but de placer un lien retour (vers ton blog ou ta page Facebook),
  • suivre des personnes influentes (même si tu n’en as rien à carrer d’elles ! ) afin d’être dans leur cercle et de te faire remarquer en postant sous leurs meilleures publications,
  • créer du contenu dans le but qu’il soit partagé,
  • liste non exhaustive…

 le marketing et l'artiste, blog Diane Rousseau

 

Le marketing que tu ressens

 

Prenons un petit exemple imaginaire (tu sais que j’aime bien imaginer)

Tu reçois de la famille à dîner et pour le repas tu choisis une recette de poulet à la crème, celle de ta grand-mère, que tu as fait cent-trente fois au moins et que tu maîtrises. Malheureusement ta nièce est végétarienne et ta tante est allergique au lactose.

 

Question : Que vas-tu faire ?

a) je sers à part ma nièce et ma tante en proposant à la première une salade et à la seconde un blanc de poulet tout sec (ell’peuvent pas êtr’comme tout l’monde ? ),

b) je m’adapte,

c) je klaxonne.

 

Réponse : b ! Tu t’adaptes !

(Si tu as répondu « a » je ne peux rien pour toi. Si tu as répondu « c » ton cas m’intéresse ! ).

 

Et bien ta recette et le marketing c’est exactement pareil ! Il va falloir que tu adaptes les conseils recueillis à ton univers et à tes valeurs.

 

Explications : Ton art c’est toi ! Tu as beau vouloir rester discret, un artiste doit dégager une certaine aura d’authenticité  car n’oublies pas que tu ne vends pas des tapis mais des oeuvres de l’esprit !

Parce que ton art ne ment pas, tu ne vas pas te la raconter sur les réseaux sociaux en t’inventant une personnalité ou en taisant ta personnalité, tu vas juste être qui tu es et tu vas cesser de te demander si c’est bien ou pas. Une bonne fois pour toutes, tu vas admettre que tu n’es pas le centre du monde et que les autres ont déjà trop à faire à se regarder le nombril pour se préoccuper du tien !

Donc, tu commences par ETRE toi, puis tu FAIS ce qui te rend joyeux et tu AS un résultat. Vouloir commencer par avoir un résultat et faire le focus là-dessus va t’enchainer à des obligations qui deviendront des contraintes… surtout qu’un artiste n’aime généralement pas les contraintes. Non mais tu t’imagines t’obliger à remplir un blog alors que tu n’as rien à dire ?

 le marketing et l'artiste, blog Diane Rousseau

 

Comment je procède

 

Parce que je fais de l’authenticité mon étendard, j’ai étudié de nombreuses ficelles du marketing et me place donc dans une lignée de communicants authentiques. Loin de moi les procédés (que je considère comme sauvages et intrusifs) de traquage et de flickage de mes followers ! Vous êtes libres de vous abonner ou de vous désabonner, de mon site, de ma page Facebook… je n’en prends pas ombrage puisque je fais exactement la même chose ! J’aime le relationnel et la chaleur du contact bienveillant. Aussi je n’hésite pas à prendre du temps pour vous répondre en public comme en privé, parce que nous sommes des êtres humains et que c’est la moindre des choses, je fais au mieux pour n’oublier personnes et si j’oublie, et bien je m’excuse… c’est qu’il devait en être ainsi. Nos routes peuvent se croiser, se décroiser puis se recroiser, c’est ça la VIE !

De même je me répugne à publier chez mes confrères pour faire ma promo. Je m’exprime quand j’ai quelque chose de pertinent à dire, ce qui donne d’avantage de valeur à mes propos.

Ma newsletter reprend mes publications mais propose également du contenu unique à mes abonnés au rythme d’une fois par mois seulement car je hais les SPAMS et que l’on surcharge ma boite e-mails trop fréquemment.

Concernant ma page Facebook j’ai déjà testé la publicité payante et j’en conclue qu’il faut bien cibler son audience publicitaire, ce qui peut sembler difficile. Une artiste symboliste-néo-spirituelle comme moi n’a pas le même public qu’un peintre de marine ou de pop-art !

Parce que je sais que la quantité est souvent contraire à la qualité, je suis détachée du nombre d’abonnés.

Quant à la concurrence j’ignore ce que c’est. J’estime qu’un artiste vrai dans sa communication et dans son art n’a aucun concurrent, il n’a que des confrères/consoeurs.

Pour mes articles et mes vidéos, je publie ce que je veux, comme je veux, au rythme de ma vie. Il est hors de question que j’alimente tous les jours ma page Facebook de photos de poils de pinceaux, de palettes ou de chiffons sales pour meubler. Faire de la figuration, je ne sais pas ; je ne sais que tenir le premier rôle. Que l’on aime ou pas ce rôle m’est égal car j’estime qu’il est plus intéressant, pour un artiste, de plaire à certains que de séduire tout le monde.

 

Et toi ? As-tu trouvé des astuces marketing en rapport avec tes valeurs ? Partage-les nous dans les commentaires ! 🙂

 

 

11 Commentaires

  1. J’ai l’impression de t’entendre (dans tes vidéos) quand je te lis, c’est drôle. tu écris un peu comme tu parles, c’est plutôt un bon point question authenticité.
    J’ai regardé des vidéos, lu des articles, essayer des trucs sur la communication et le marketing oui j’avoueeee!!Parce que je suis curieuse. Mais on retrouve parfois le même discours, c’est un peu formaté tout cela, même si c’est surement des recettes de marketing qui fonctionnent (mais est-ce qu’on veut que ça fonctionne sur tout le monde? moi pas) et parfois, c’est trop. Je pense qu’il faut prendre un peu de tout et bien l’adapter. Je ne cherche pas forcément à vendre, juste à communiquer. La lettre d’info « fidélise », la plupart des personnes je les connais dans la vraie vie.Facebook m’a permis de contacter des gens que je n’aurai pas pu contacter autrement. Et puis l’essentiel, c’est que je m’amuse bcp en faisant ceci (je blogue depuis 10 ans ce serait dommage de ne pas m’amuser). Avant, j’étais un peu accrochée à mes statistiques, maintenant c’est une fois à la fin du mois et c’est tout. Il faut quand même garder du temps pour créer!

    Répondre
    • Bonjour Diane
      Je ne te connais pas personnellement, seulement via FB et ton blog. Mais j’aime beaucoup ta démarche artistique et je prends un grand plaisir à lire tes articles et visionner tes vidéos. Cela me permet de persévérer dans ma peinture. Je te remercie donc pour tout tes bons conseils, ton joli humour, et de prendre de ton temps de création, pour faire vivre si sympathiquement ton blog.
      Amitiés Savoyarde

      Répondre
      • Bonjour Ghislaine. Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’écrire ces mots qui me vont droit au coeur. Je suis ravie de contribuer quelque part à ce que tu puisses maintenir le cap de ton navire artistique ! Alors en avant toute, Capitaine ! 😀

        Répondre
  2. Ah comme j’aime ton énergie, ta franchise et ton humour ma belle Diane !
    Ton article m’a touché, parlé et je suis en phase avec ce que tu dis par rapport au marcketing à la machette et ses procédés qui sont totalement déshumanisés et intrusifs. Tout comme toi, j’ai regardé des wedinaires, ceux que tu évoques dans cet article et pas plus tard qu’aujourdhui d’ailleurs ! Mais mon dieu!!!! Je n’ai pas pu aller jusqu’au milieu du webinair car j’avais l’impression d’être dans une formation de trackage, les mots employés ne me parlaient pas… et à un moment je me suis dit : stop, ce n’est pas moi, cela ne me ressemble pas et surtout ce n’est pas du tout la direction où je veux aller, j’ai donc fermé la fenêtre ! Mais voilà, c’est en essayant de genre de choses que l’on peut savoir ce qui nous convient vraiment et ce qui ne nous convient pas.
    Tu évoques la présence sur les réseaux sociaux, présence qui peut sembler redondante et finalement sans grande utilité pour le public, c’est vrai. C’est justement une question en réflexion : quels sont les réseaux sociaux préférés ceux que j’aime alimenter avec plaisir (sinon je ne le ferai pas, si ce n’est pas en accord avec ma vibration je passe mon chemin) et non ceux qu’il faut à tout prix utiliser parce machin bidule truc. Ceux que j’adore : Instagram Facebook et Pinterest.
    J’aime partager mon travail et mon univers, la publication quotidienne est belle façon de souhaiter une belle journée aux personnes qui suivent mon travail. Je publie au moins une photo par jour, parfois 1 ou 2 de plus mais cest plus rare. Il y a des periode ou je déserte les réseaux sociaux car je ressens cette envie. Et puis j’y reviens avec plaisir. Toujours m’écouter, me respecter pour en retour offrir de la qualité , de la lumière. Mon public à le choix de le suivre ou de ne plus me suivre.

    Cet article est inspirant, et pertinent, j’avais donc le partager car il offre une belle réflexion.
    Quant aux photos de poils de pinceaux et des palettes de couleurs et autres scènes d’ateliers, elles sont parmis mes préférées car encore une fois, j’aime partager ce qui me fais vibrer, des choses toutes simples qui font mon quotidien, les publier avec amour m’enchante et en ce qui me concerne je ne le vois pas comme du mattracage marketing.

    L’authenticité et le respect de soi sont des valeurs qui me touchent. Offrir du contenu inspirant, positif et respect est mon souhait. J’y travaille, je veux dire, je m’amuse à obtenir cela car évidemment tout découle du bonheur que l’on à faire ce que l’on aime !

    Une dernière m’a touchée dans ton article : tu as tout à fait raison lorsque tu dis que nous sommes des consœurs/confrères et non des concurants… alors avançons mais dans la mains, avec respect, amour et authenticité c’est tout ce qui compte ❤️
    Je t’embrasse

    Répondre
  3. Oh désolée pour mes fautes, j’avoue que je ne me suis pas relue Et cette fois-ci j’ajoute mon site !

    Répondre
  4. Super article !
    Je te rejoins sur l’idée de l’adaptation, je dirais même l’appropriation, voire la ré-interprétation des conseils classiques.
    J’adhère aussi complètement à l’idée de l’authenticité et de la sincérité envers soi-même et les autres.

    Répondre
    • Merci Elize pour ton retour. 😉

      Répondre
  5. Coucou Diane,

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis. Si j’ai bien compris, pourquoi suivre une règle que tous le monde suit plutôt que ça propre règle qui correspond mieux à notre personnalité, à notre rythme de vie ect… ?

    Mais pour le début, si nous ne n’utilisons pas un minimum l’esprit web marketing qui prône à publier des articles invités par-ci, à poster régulièrement des commentaires pertinents par-là, à alimenter au minimum, la page FB de notre site le lundi puis faire une pub FB le mardi… bref, comment faire connaître notre blog qui parle de notre art, si au début nous commençons à faire comme bon nous semble ? Je veux dire par là qu’on est tous obligé de commencer par « démarcher » pour se faire connaître et ensuite, une fois installer sur la toile, travailler à notre rythme par exemple !

    Je ne sais pas si tous est clair… Je suis nouvelle dans le domaine du web marketing et je viens tous juste d’ouvrir un site sur le dessin et la peinture qui est l’une de mes passions depuis toujours si j’ose dire et je sais que j’ai encore le temps d’évoluer, mais pourtant rien ne bouge malgré tous ça (peut-être parce que ce n’est pas non plus ma façon de fonctionner) et si je faisais comme je voudrais selon mon rythme de vie, ça serait pire ! Vous voyez ce que je veux dire ?

    Donc quoi faire ?

    Sabrina

    Répondre
    • Bonjour Sabrina. 🙂 Hé hé… Quoi faire ? Et bien, fais ce que tu crois devoir faire, tout simplement. Si tu crois au fond de toi que tu dois t’astreindre à des règles marketing pour faire connaitre ton travail et bien astreins-toi, organises-toi pour mettre en place de tels systèmes… Vois ce qui résonne en toi, tout simplement. 😉 Personnellement, j’ai une vie de famille et une vie d’artiste PHYSIQUE bien remplies… je n’en parle pas forcément sur le net car je privilégie toujours mon atelier physique et les rencontres de chair et d’os à leurs homologues virtuels. Je suis ainsi, c’est mon côté tactile et contacts yeux dans les yeux… une nécessité pour moi. 😉 Après j’ai du mal avec les contraintes car elles m’ennuient. Pour moi la publication programmée c’est comme les raviolis du mardi c’est tellement ennuyeux ! Comme tout ce que te propose le webmarketing d’ailleurs ! Je suis plutôt pour innover et trouver comment faire ce qui n’est pas déjà fait que faire ce que l’on me propose de faire. Et sinon je n’ai jamais démarché pourtant je me débrouille… je cultive confiance, patience et persévérance dans mon jardin ! Rien ne remplace l’authenticité, l’alignement corps-esprit et le travail en conscience. 😉

      Répondre
  6. Super article, merci 🙂
    Moi aussi je me suis posée la même question que Sabrina: quand on ne sait pas par où commencer, quoi faire? Et bien, au début, on lit les trucs des web-marketeurs, et on essaye, et c’est ch… (oups désolée). Et puis finalement, j’ai pris une formation en marketing web que je trouvais génial, puisque cette formation partait du principe qu’il fallait humaniser notre marketing et le mettre à notre image! Boum, génial! Alors depuis, je comprends que le marketing web a des ingrédients, tout comme la recette du poulet à la crème, mais que c’est à moi de choisir d’utiliser l’ingrédient que je préfère et en quantité qui me convient (genre poulet bio et crème de soya haha!). Bref, je construis ma propre recette! Il y a des gens, comme toi, qui ont le sens inné de cette recette, et d’autres qui ont besoin d’un livre pour démarrer. Mais comme tu le dis si bien, il ne faut pas se restreindre à des chiffres et des statistiques mais bien suivre son instinct et rester authentique!
    Merci consoeur 🙂

    Répondre
    • Merci LiliFlore pour ce très beau commentaire ! 😀 Voilà, c’est tout à fait cela, tu as tout compris ! ^_^

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *