Icône améthyste

Technique mixte sur bois 15 × 21 cm
Février 2015
90 €

 

icone,améthyste, peinture acrylique, portrait femme, technique mixte, collage, Diane Rousseau

 

Après avoir expérimenté des séries d'oeuvres à la peinture uniquement, je reviens à mes premières amours : les techniques mixtes ! Mes collages et mes mélanges de médiums me manquaient. Ils sont pour moi une réelle source de créativité et de libération que ne m'apporte pas la peinture seule. "Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les dieux" comme dit l'adage !

 

Je repars donc pour quelques icônes colorées et réalisations sur bois cette fois...

 

Diane Rousseau esquisse

Esquisse préparatoire

 

icone,améthyste, peinture acrylique, portrait femme, technique mixte, collage, Diane Rousseau

icône améthyste, Diane Rousseau

3 Commentaires

  1. Comme je te comprends Diane ! 😉

    L’expérimentation de la matière (que pourrait être la peinture seule pourtant…) avec ses limites est paradoxalement une porte ouverte à la libération de nos élans créatifs qui, peut-être, prennent ainsi leur source dans notre approche instinctive et ludique de la matière (une rémanence de notre propre enfance ?)…

    Répondre
    • En effet Delphine ! Je pense qu’un enfant est un créateur tout puissant et pour qu’un artiste soit créateur il faut qu’il redevienne un enfant en (re)découvrant l’enfant en lui. Je pense que c’est la voie naturelle de la création. 🙂

      Répondre
      • J’avoue que je ne me suis jamais aventurée à réfléchir vraiment sur le sujet (le créateur dans l’enfant, l’enfant dans l’artiste…) comme si la magie et le naturel devaient simplement « être » et non « être expliqués, décortiqués, analysés… » pour se faire.
        Cependant, je ne dirais pas qu’il faut que l’artiste « redevienne » un enfant mais qu’il laisse l’enfant en lui (ce qui reste purement de l’enfance) remonter à la surface. Comme tu dis « c’est la voie naturelle… »

        Une chose qui me fascine chez les chats en particulier, c’est cette capacité à garder toute leur vie (tant que la santé leur permet cet accès) l’instinct du jeu, quelque chose entre divertissement, passe-temps, plaisir et en même temps utilité (puisque cela entretient ses réflexes de chasseur…).

        On pose souvent la question de l’utilité de l’art ou des objets d’art (un enfant (!) un jour m’a demandé « à quoi ça sert ? », sous entendu « de réaliser la sculpture en terre que je lui proposais de faire »…
        Je crois que la création doit avoir des utilités similaires au jeu du chat, elle entretient, stimule, développe des capacités diverses, apaise, aide au développement de soi, etc. Et au fond nous rappelle que nous ne sommes jamais finis. 😉

        Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *